Rechercher
  • Sophia Laporte

Pups, phylica et pointe de la recherche

Mis à jour : janv. 26

Le mois de janvier se déroule bien tranquillement ici à Ams. Je suis bien occupée par mon travail, je commence à prendre le rythme. Et pendant mon temps libre, pas le temps de s’ennuyer, il y a toujours quelque chose à faire ! J’ai pu participer à plusieurs manips hors base. D’abord, le marquage des pups - les bébés otaries – géré par notre ornitho Anthony. On se rend à la MAE (Marre Aux Elephants), une zone sur la côte proche de la cale où se trouve une grande partie d’une des colonies d’otaries d’Amsterdam.



Anthony identifie les pups, puis on l’aide à les marquer, les mesurer et les peser. C’est vraiment chouette, ils sont trop mignons (même si certains mordillent et nous font caca dessus haha).



On peut même apercevoir un petit gorfou ! La colonie de gorfous se trouve de l’autre côté de l’île, on n’en voit que rarement ici autour de la base. Ils ont un sacré look hihi !



Il a l’air d’être bien pote avec les otaries :)



Les otaries sont bien belles !



Il y a aussi les manips de la réserve naturelle des TAAF, comme le suivi des phylicas, un arbuste endémique de l’île d’Amsterdam. A l’origine, les phylicas se trouvaient partout sur l’île, et ils ont été ravagés suite à de gros incendies avec l’arrivée des premières missions. Le muséum d’histoire naturelle avait lancé un programme de restauration du phylica sur l’île, et c’est aujourd’hui la réserve naturelle des TAAF qui s’en occupe. Chaque année, un VSC de la réserve est responsable du suivi et de la plantation de phylicas autour de l’île. Avec Ugolin et Jérôme, on et partis vers le cratère Dumas pour faire du suivi et de la récolte de graines. Je découvre petit à petit des nouveaux coins hors de la base !



On est aussi partis sur le versant des taureaux sauvages au nord-ouest de l’île avec Clément et Ugolin, pour retirer des étiquettes de plantations qui ne sont plus suivies.

La journée était magnifique, grand soleil et ciel bleu. Il n’y a pas de chemin dans cette zone, on marchait droit dans scirpes en suivant le GPS pour repérer les plantations, c’était chouette !



On alterne travail et siestes au soleil …



A midi, on a piqueniqué dans le cratère d’Antonelli, une cabane à 1h de la base où se trouve une petite forêt de cyprès.



On est ensuite partis chercher le phylica isolé des taureaux sauvages, et on l’a bien trouvé après une bonne marche de galère dans les scirpes !



Une belle journée !



J’ai également pu accompagner Luc, agent de la réserve naturelle, pour son tour quotidien de dépose et de vérification des pièges à chats. Le chat, le rat et la souris sont des espèces introduites par l’homme sur l’île lors des premières missions, que la réserve tente d’éliminer en raison de leur impact néfaste sur les populations d’oiseaux. On est partis à la pointe de la recherche, au nord de l'île après Pointe B. C’était très beau ! Après avoir passé Pointe B, on descend la pente dans les scirpes et on arrive à la chaussée des otaries.



On continue ensuite sur la côte vers la dalle de la recherche, puis on remonte le long des coulées de lave.



Un beau petit tour!

145 vues

Posts récents

Voir tout

Del Cano

Passation

Vous pouvez vous abonner ici pour être notifié des dernières publications :

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now